Le problème Linky, le nouveau compteur d’électricité communicant

Publié le par ABAVE

Dans le cadre de la transition énergétique, l’Etat français souhaite équiper tous les foyers de l’hexagone de ce petit compteur vert pomme. Derrière un design attrayant et un nom sympathique, qu’en est-il de ce compteur, de son rôle supposé et son impact ?

Le déploiement sur Blagnac est prévu pour mi-2018, en sachant que les poses peuvent être anticipées par rapport aux prévisions : autant dire que c’est pour demain.

Lors d’une délibération du conseil municipal en 2016, une demande à l’unanimité a été faite pour que Toulouse Métropole organise un débat public sur le Linky et les autres compteurs communicants (eau et gaz).

Mais dans le cas ou ce débat public n’aurait pas lieu, des conférences sur les compteurs communicants devraient voir le jour prochainement dans le grand Toulouse…

Un gaspillage de ressources

- Sous prétexte de transition énergétique, il s’agit d’un colossal gaspillage de matières premières (le compteur a une durée de vie de 15 ans, les concentrateurs de 10 ans) pour remplacer35 millions de compteurs qui fonctionnent pour certains depuis 50 ans et plus.

Vers une société énergivore du tout connecté sans fil

- L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) sur son bulletin de juillet 2015 (page 3) annonce que  le changement de parc des compteurs électromécaniques et électroniques actuels par des compteurs Linky impliquerait  une augmentation de la consommation électrique annuelle de l’ordre de 0,5 TW /h),

- En 2012, l’ADEME montrait que 30% de la consommation d’un ménage est due au NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la communication), largement utilisées pour le fonctionnement du système Linky.

-Nous nous dirigeons vers une société d’objets interconnectés qui vont communiquer avec le compteur Linky en WiFi via un module ERL (Emetteur Radio Linky) qui pourrait se placer sur le compteur.

Ce qui, en plus des compteurs Linky eux-mêmes et de leurs équipements inhérents (concentrateurs pour récupérer les données des Linky à envoyer vers des Data Center par le réseau de la téléphonie mobile) contribue  à consommer encore plus d’énergie.

Des logements et appareils non adaptés au Linky

- Pour nos appareils, non adaptés à la nature du courant délivré par le système Linky (dans des câbles non blindés qui rayonneront), les risques de dysfonctionnement et de panne vont augmenter ainsi que probablement leur durée de vie. Comment évaluer le gaspillage du au remplacement plus fréquent des appareils électriques ?

Une phase de test pas très concluante

Le rapport du SIEIL (Syndicat Intercommunal d’Energies d’Indre et Loire) d'avril sur l'expérimentation suite à la phase de test en 2010 fait état de problèmes marquants   :

SIEIL : Rapport d’enquête de satisfaction après expérimentation en Indre-et-Loire

Devons-nous malgré tout  servir de cobayes pour une installation à l’échelle du pays ?

Une menace  sanitaire pour la faune et la flore

- Sans parler des risques biologiques bien réels des champs électromagnétiques pulsés, classé cancérogènes possibles – groupe  2B - par l'Organisation Mondiale de la Santé en 2011.

Au brouillard électromagnétique omniprésent, vont donc s’ajouter les effets du système  Linky avec des concentrateurs souvent à hauteur de tête, et bientôt les objets interconnectés via le WiFi. L'installation de compteurs d'eau et de gaz communicants par émissions électromagnétiques type téléphonie mobile 2G a déjà commencé. La faune (dont les abeilles!) et la flore sont de plus en plus exposées à l’électromagnétisme artificiel présent dans notre environnement, avec des effets variables d’un individu à l’autre et difficilement prévisibles à moyen et long terme.

Toutes les cellules (animales et végétales) sont vulnérables aux champs électromagnétiques pulsés, même si on n’en ressent pas toujours les effets immédiats.

Nous sommes tous électrosensibles, biologiquement et physiologiquement parlant.

Les personnes dites EHS (Electro Hypersensibles) sont actuellement plus impactées, avec des ressentis immédiats ou différés. Et chacun de nous peut le devenir en raison de l'augmentation des émissions électromagnétiques.

Et parce que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » au nom de l’écologie et du bon sens, il est temps de s’interroger et d’agir sur nos choix de société et l’avenir de la planète.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article