Qui croit qu'une deuxième rocade règlera le problème des déplacements autour de Blagnac ?

Publié le par ABAVE

Les gens sont naïfs : plus on construit des routes et plus il y a de voitures car malheureusement, les flux automobiles sont comme des fluides !

la dépêche relaie : (23/10/2017)

Lancée le 1er septembre dernier, la pétition pour demander le désenclavement routier du nord-ouest toulousain vient de dépasser les 3 700 signatures. La volonté d'en finir avec les bouchons dans ce secteur de plus en plus fréquenté de l'agglomération devient une priorité pour la population. Des banderoles ont été installées de part et d'autre de la Garonne sur les communes de Grenade, Aussonne, Cornebarrieu et Seilh où la mairie s'est associée à la démarche en installant ses propres pancartes «Oui au prolongement de la RD 902, Seilh veut son contournement».

Depuis ce week-end, c'est sur les communes de Saint-Jory et de Lespinasse que les banderoles sont apparues.

«Nous souhaitons obtenir 10 000 signatures d'ici la fin de l'année», espère Samuel Lemée qui a lancé la pétition au sein du collectif seilhois CAP RD902. «Les choses semblent avancer un peu du côté politique mais rien n'est encore concret. Toulouse-Métropole a délibéré début octobre pour définir le projet de voirie «RD902 - Voie lactée» comme l'une de ses priorités. Le tracé proposé fait, pour l'heure, mention d'une prolongation jusqu'au nord de Seilh, aux limites des compétences de la Métropole. Le conseil départemental qui gère les voiries au-delà de Merville reste attentiste et explique que le coût trop important, notamment pour ce qui concerne la construction d'un pont d'envergure sur la Garonne, ne permet pas d'envisager une mise en chantier sans l'appui de l'État et de la Métropole».

Si 20 000 véhicules traversent Seilh chaque jour, le trafic routier atteint 60 000 déplacements quotidiens sur l'ensemble du secteur nord-ouest.

«Nous ne faisons pas rien», répond le conseiller départemental Pascal Boureau. «Avec mes collègues des cantons de Blagnac et de Grenade, nous avons déposé un vœu au printemps. Le département est disposé à participer dès que la Métropole aura fixé un calendrier et une organisation de faisabilité. Il faut nous mettre autour d'une table et travailler ensemble. Rien que la réalisation d'un pont coûte 30 millions d'euros et l'ensemble du chantier s'élève à 100 millions d'euros».

Un projet de pont entre Merville et Saint-Jory serait même à l'étude…

Qui croit qu'une deuxième rocade règlera le problème des déplacements autour de Blagnac ?

Publié dans routes et autos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article