Présentation

  • : ABAVE
  • : environnement écologie vélo modes doux blagnac aéroport
  • Contact

Texte Libre

L'escargot est un animal lent, qui persévère souvent et qui, de toute façon, laisse toujours une trace.

Recherche

16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 18:41

M. Joël Crémoux                                                                    Blagnac le 15 mai 2007

Président de l’association

        A Mr Bernard Keller, Maire de Blagnac
                                                                        


Objet : conséquences et effets induits de l’implantation de la ligne E de tramway dans la ville de Blagnac.


Monsieur le Maire,

Par ce courrier, je tiens à vous rappeler ici notre désaccord en ce qui concerne l’implantation dans  la ville de Blagnac du tracé de la ligne E et surtout à attirer votre attention sur les conséquences « environnementale » de la réalisation de ce tracé.

Il est clair que depuis le choix du tracé nous ne partageons pas le même point de vue. Nous avons toujours milité en faveur d’un transport en commun en site propre desservant directement le centre de Toulouse à l’aérogare. Tout le long du projet, tant de manière orale que de manière écrite, jusqu’au près du commissaire enquêteur nous avons défendu cette position qui a nos yeux était la seule capable de diminuer le flot de voiture qui  arrive quotidiennement sur Blagnac et qui transporte ou des voyageurs ou des employés de ce bassin d’emploi.

Vous avez cru bon de prendre une autre option. C’est celle que nous subissons aujourd’hui dans Blagnac. Aussi, je me permets d’attirer votre attention sur quatre problèmes qui a mon sens n’ont pas été attentivement étudié tant par vos soins que par vos services.

 Le problème des déplacements en mode doux, plus spécialement le vélo.

Il est clair que le tracé du tramway dans Blagnac s’accompagne de la suppression des pistes cyclables. Il s’agit ici pour ce qui est de l’existant de la partie de la route de Grenade, de l’allée des Mûriers, de l’avenue des Pins et pour ce qui est du « simili piste cyclable » une  partie de l’avenue du Général de Gaulle et l’avenue Louis Aragon.  La réponse déjà fournie par les services techniques consistant à dire : « les cyclistes emprunteront la voie du tramway » n’est pas recevable. Il suffit de voir comment, au cours des derniers mois dans une ville comme Bordeaux, les policiers ont sanctionné les cyclistes qui utilisaient la voie du tramway pour bien imaginer que le même type d’interdiction frappera les cyclistes de Blagnac.

Ainsi reste posé le problème de la circulation des vélos tout le long de l’axe du tramway.

Où circuleront les cyclistes ? Nous vous demandons de bien vouloir nous donner une réponse précise sur ce sujet.

Pour mémoire, nous tenons à vous rappeler que l’utilisation de ces modes doux, marche à pieds ou vélo, reste le seul moyen de déplacement non émetteur de gaz à effet de serres. Il est important de développer ce mode de transports particulièrement pour les courtes distances, inférieures à 3km, qui sont les distance sur les quelles l’utilisation d’un véhicule à moteur thermique est la plus polluante !

Le problème des circulations des véhicules motorisés (automobile, camion etc.)

Il n’a échappé à personne que la mise en place du tramway se fait en coupant une artère importante de circulation que constitue la route de Grenade.

A partir du carrefour avec la rue des Bûches et l’avenue de Cornebarrieu, le flot de véhicule va être dévié et passera soit vers le centre ancien soit vers le Ritouret. Si ces véhicules sont déviés plus en amont, à hauteur du rond point de Bosc ou à hauteur du rond point de Buxtehude ce sont les quartiers du Grand Noble ou du vieux chemin de Grenade qui vont subir ce transfert de véhicule.

 Nous pouvons croire et espérer avec vous qu’une partie des usagers de la route se reportera sur le tramway. Toutefois, il va y avoir une augmentation de la population et des déplacements dans ce secteur, à la fois au niveau de la commune avec la création de la ZAC Andromède ou le développement du centre commercial et d’autre part de façon globale dans tout la partie nord-ouest de l’agglomération toulousaine, par exemple ZAC Croix du Sud à Cornebarrieu. Cela va entraîner un afflux de véhicules motorisés dans ce secteur.

Vous savez comme nous que la RD902 est actuellement saturée aux heures de pointes aux abords de l’aérogare. Ceci est du à l’absence de transports en commun efficace dans ce secteur.  L’apport de nouveaux flux de véhicules sur la RD902 ne va faire qu’aggraver ces difficultés à la fois sur la voie elle-même ainsi que sur les bretelles d’accès et de sorties de cette voie.

En tout état de cause, la circulation automobile de transit qui traverse la commune de Blagnac ne peut que croître dans les prochaines années, ce qui va se traduire par une augmentation des nuisances liées à l’utilisation de ce mode de transport. Les membres de notre association, résidant dans différents lieux de la commune sont conscients de ce problème et nous vous avons contacté dès la fin de 2005 afin d’avoir un aperçu de cette situation et des solutions que vous envisagiez, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue politique.

La rencontre que nous avons eu avec M. Téjédor et un responsable technique de la ville le 27 février 2006 n’a pas apporté de réponses claires à ces problèmes de circulation et n’a pas apaisé nos craintes, bien au contraire.

En effet, M. Téjédor nous a expliqués comment ces flux de transit allaient être gérés par la commune.

Pour ce qui concerne le flux rentrant sur la commune de Blagnac, la création de feu tricolore, judicieusement placés aux carrefours devrait permettre de réguler (et limiter ?) le flot des véhicules circulant sur la commune dans la partie ouest de la route de Grenade.

Cette solution nous semble pour le moins simpliste. Jusqu’à preuve du contraire la mise en place de feu tricolore n’a jamais entraîné que la création de file d’attente de véhicule. Ceci à pour conséquence une augmentation de la pollution atmosphérique et sonore (arrêt et redémarrage très fréquents) le long de ces axes.

Pour ce qui concerne le flux de transit, arrivant en amont, il devrait être dévié sur la RD902, voie déjà saturée comme nous vous l’avons déjà indiqué plus haut. M.Téjédor, nous a laissé entendre qu’il serait à ce moment là possible de passer la RD902  à deux fois trois voies de circulation, ceci afin de résorber ces nouveaux flux de véhicules.

Là aussi la réponse ne nous satisfait pas. Continuer à construire ou élargir des routes, voies rapides, autoroutes pour faciliter la circulation des véhicules ne sert en réalité qu’à augmenter le nombre de véhicules qui va circuler sur ces voies et en corollaire augmenter les nuisances. Ce choix nous semble plus relever de la fuite en avant que d’une réelle volonté politique de s’attaquer aux déplacements automobiles. A notre avis, des solutions à ce problème passent par la multiplication des transports en commun, par le développement d’une urbanisation favorable aux modes doux piétons et vélo et non par la multiplication des voiries routières

 Notre entrevue de février 2006 consistait à avoir des éclaircissements sur le plan de déplacement dans la ville de Blagnac. Cette réunion n’a pas apporté de réponses à nos questions et l’assurance béate qui consiste à nous répondre que « la création de la ligne E de  tramway répondra à tous vos besoins » ne nous satisfait pas. 

 
Nous vous demandons M. le Maire de nous préciser ce que vous envisagez sur la commune de Blagnac pour les années à venir comme plan de déplacement routier des véhicules motorisés et ce que vous comptez prendre comme mesure pour diminuer le trafic automobile qui transite sur notre commune.

 
La refonte du réseau de bus :

 
Sur ce sujet la réunion de février 2006 n’a pas non plus apporté de réelles avancées.

La mise en place de la ligne de tramway va entraîner la suppression et la refonte des lignes actuelles.

Cela va se traduire pour l’usager, par rapport aux bus SEMVAT existants, par un transport jusqu’ à une station de métro :

ligne A pour le terminus aux Arénes de la ligne E

ligne B pour le bus (70/71) qui restera pour desservir une partie de Blagnac

 

Nous tenons à vous rappeler que la rupture de charge au niveau de la station des Arènes est très pénalisante. En outre, la ligne A est actuellement saturée aux heures de pointe et il faut attendre 2 ou 3 passages de métro avant de pouvoir monter dans une rame. Les prévisions de trafic de la ligne B sont tout aussi alarmiste et nous laisse présager des difficultés pour pouvoir accéder rapidement à une rame de métro.

Ces deux points pour vous indiquer comment, en tant que blagnacais, nous allons perdre en qualité de desserte « transport en commun » pour rejoindre le centre ville de Toulouse. 

Ces remarques ont été émises dès le début de la présentation du projet de tramway sur Blagnac et sont indépendantes  du tracé retenu. Il s’agit ici de l’organisation des transports en commun de l’agglomération toulousaine qui sont structurellement en sous capacité au niveau des interconnections.

Ces remarques générales ne plaident pas en faveur de l’utilisation des transports en commun (tramway + métro ou bus + métro)

Il faut ajouter à cela la refonte du réseau des navettes gratuites de Blagnac qui va disparaître, et la création d’un nouveau réseau de bus payant, pris en charge par Tisséo ( ?)


Ces deux points, ruptures de charge et perte de la gratuité ne nous semblent pas plaider en faveur d’un report de la part des « déplacements voitures » sur la part « des déplacements transports en commun »

Il est de votre responsabilité de mobiliser l’opinion pour qu’un maximum de nos concitoyens abandonnent l’usage de la voiture en ville au profit des modes doux ou des transports en commun. Ce transfert peut et doit  passer par une aide financière accordée au blagnacais qui utilisent les transports en commun.

Nous  vous demandons pour les blagnacais de bien vouloir transférer tout ou partie de la gratuité des navettes actuelles de Blagnac sur les futurs tarifs pratiqués dès la mise en service de la ligne E.

 

Le problème des emménagements et du cadre de vie des habitants de Blagnac.

 

Loin de prendre en compte l’existant et de l’emménager, vous avez décidé de manière brutale de faire table rase du passé pour imposer en force votre tracé et le passage du tramway. Cette implantation ne se fait pas de manière douce en prenant en compte le cadre de vie. Il se fait de façon brutale sans se soucier des remarques, considérations et respect des habitants.

Prenons l’exemple de la haie de platanes qui borde l’avenue des Pins.

Entre le début et la dernière mouture du projet vous, vos services ou les personnes en charge du dossier (SMAT et/ou Tisséo) sont  ainsi passées de « nous pouvons conserver les alignements des arbres actuels » à « la totalité des arbres va être supprimée le long de cette avenue ».

Cela amène de notre part plusieurs remarques :

- la première est une évidence : les arbres plantés ne profitent pas à la génération qui les a plantés mais aux générations à venir. Si vous passez votre temps à couper ces arbres que léguerez vous, que lèguerons nous à nos petits enfants ?

- les haies d’arbres profitent à la fois aux riverains et aux habitants du quartier, mais donnent un charme à un quartier ou une avenue qui fait qu’une personne de passage se souvient de tel ou tel lieu pour sa fraîcheur, son alignement de platanes, etc.. Passer son temps à couper puis replanter supprime ce charme et limite l’attrait que nous pouvons trouver à une ville, à cette ville.

- enfin et surtout, les années à venir s’annoncent différentes des années passées car affectées par des phénomènes qui nous concernent Tous et liées au changement climatique et au réchauffement global. Tronçonner des arbres en pleine jeunesse aujourd’hui pour les remplacer par de jeunes pousses relève d’un pari insensé ; rien ne prouve que ces jeunes pousses seront capables de s’adapter à ces changements brutaux comme par exemple deux ou trois étés caniculaires consécutifs. En outre, les seuls puits de carbone efficaces actuellement connus sont les arbres : couper un arbre revient à relâcher dans l’atmosphère tout le carbone fixé par celui ci. Dans un contexte mondial de prise de conscience de ce phénomène, s’amuser à couper des arbres et donc rejeter dans l’atmosphère tout le carbone lentement accumulé par eux est cynique.

- De plus, il faudra du temps pour que les jeunes pousses croissent et arrivent à fixer la même quantité de gaz carbonique que ces arbres adultes.

Pour notre association,  conserver les arbres actuels relève d’une évidente sagesse empirique.

Pour ces raisons, Monsieur le Maire, nous vous demandons, quelle que soit la solution technique retenue pour l’implantation de la voie de tramway, pour les voies de circulation des véhicules motorisés (sens unique, double sens, zone 30km/h etc.) ou les bandes cyclables et les cheminements piétons de mettre comme réserve incontournable à la réalisation de ce  projet le maintien des arbres existants tout le long du tracé de la ligne E du tramway dans la commune de Blagnac.

Au-delà même d’une gageure, qui consiste à maintenir le couvert végétal existant sur la commune, il s’agit pour nous d’un geste éco-citoyen solidaire et responsable face aux enjeux que représentent le réchauffement climatique.

Au vu des choix qui ont été fait pour la ligne E, nous ne partageons pas votre optimisme sur la part de déplacement « voiture » qui pourrait se reporter sur « la part transport en commun »

Toutefois, nous restons convaincus, qu’il faut œuvrer pour diminuer les pollutions liées à l’usage abusif de la voiture et donc développer la mise en place de mode de transports alternatifs. Cependant, ceux ci ne doivent pas se réaliser à l’encontre du cadre de vie et de la qualité de vie des habitants. 

Pour ces raisons, nous vous demandons Monsieur le Maire de bien vouloir prendre en compte nos demandes. Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire sur ce sujet.

Pour l’association
Joël Crémoux

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ABAVE - dans tramway ligne E
commenter cet article

commentaires