Présentation

  • : ABAVE
  • : environnement écologie vélo modes doux blagnac aéroport
  • Contact

Texte Libre

L'escargot est un animal lent, qui persévère souvent et qui, de toute façon, laisse toujours une trace.

Recherche

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 18:56

source : http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/03/1597183-mais-qui-veut-tuer-les-platanes.html

Publié le 03/04/2013 à 08:24, par Cyril Doumergue


Chaque année, plusieurs dizaines d'arbres sont «assassinés» par des riverains à Toulouse. La ville est obligée de les couper, et de les replanter. Les coupables restent impunis.

Le chantier ne passe pas inaperçu, dans le quartier des Sept Deniers. L'entreprise Naudin abat, depuis la semaine dernière, huit platanes de la route de Blagnac. Des arbres vieux de plusieurs dizaines d'années, mais qui sont malades. Pour trois d'entre eux, la cause est même criminelle.

Le diagnostic placardé par la mairie sur chaque arbre, par souci de transparence, est sans équivoque : «L'arbre présente un dépérissement étendu. La présence de déformations foliaires et de touffes de rejets avec une croissance normale indique très vraisemblablement une intoxication à l'aide d'un herbicide de type glyphosate. Compte tenu du caractère urbain de la plantation, un vandalisme de la part d'un des riverains est très probablement à l'origine de cette situation.»

Michèle Bleuse, conseillère municipale déléguée aux espaces verts, confirme que ces cas de vandalisme ne sont pas isolés. «Cela reste assez rare, mais nous avons des cas de vandalisme. Pourquoi ? Vous seriez étonné de voir combien de lettres je reçois de gens qui veulent qu'on coupe un arbre. Parce qu'il les gêne, parce qu'il leur fait de l'ombre, fait soi-disant baisser la valeur de leur maison, qu'il y a trop de feuilles en automne. Heureusement, une grande majorité de Toulousains approuve notre politique de plantation d'arbres.»

La ville de Toulouse compte 140 000 arbres sur son territoire. Chaque année, la ville est obligée d'en couper environ 600. «Mais on les replante au même endroit, assure Michèle Bleuse. Nous essayons de varier les essences, mais nous ne replantons que des feuillus, pas de résineux (sapins, etc.), à cause des dégâts de la chenille processionnaire.»

Le service des espaces verts de la mairie de Toulouse inspecte soigneusement chaque arbre au moins une fois par an. Si un doute existe sur la santé de l'un d'eux, elle fait effectuer une expertise par une entreprise extérieure. «S'il est malade, elle nous indique dans quel délai nous devons l'abattre.»

Cette semaine, 25 arbres doivent être abattus à Toulouse. Mais aussitôt replantés.


Le chiffre : 600

arbres coupés par an > à Toulouse. La ville de Toulouse coupe 600 arbres par an, pour cause de maladie ou de vandalisme. Les arbres sont aussitôt replantés.

«Des gens qui font mourir des arbres, ça existe. Parce qu'ils les gênent, leur font de l'ombre, font baisser le prix de leur maison.»

Michèle Bleuse, conseillère municipale déléguée aux espaces verts et à la biodiversité

Partager cet article

Repost 0

commentaires

geraldine 03/04/2013 21:06


moins d'arbres, moins d'abeilles, plus de béton, de bitume, de goudron !