Présentation

  • : ABAVE
  • : environnement écologie vélo modes doux blagnac aéroport
  • Contact

Texte Libre

L'escargot est un animal lent, qui persévère souvent et qui, de toute façon, laisse toujours une trace.

Recherche

23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 22:08

 

Selon le Ministère de l'Ecologie, qui fixe le classement des aéroports, l'aéroport de Toulouse-Blagnac est le 2ème aéroport de France le plus nuisible après Orly (http://www.developpement-durable.gouv.fr/). Donc, la taxe sur les nuisances sonores aériennes (TNSA) pour Toulouse est de 30 €.

 

Alors, pourquoi tant de trafic aérien à Blagnac ? Pourquoi tant de vols à bas prix pour les clients mais à grand coûts pour l'environnement ? Et incidemment, pourquoi Toulouse est-elle la seule ville de province si mal reliée à Paris par le train ?

 

La nuit, les gens dorment : étonnant, non ?

Vols de nuit : 7 373 : C'est le nombre de mouvements de nuit à l'aéroport de Blagnac entre 22 heures et 6 heures en 2009. Un tiers se situent entre minuit et 6 heures , période de cœur de nuit. Entre 1999 et 2009, les mouvements ont baissé de 12 %.

 

Petit historique de l'ancienne règlementation et du "couvre feu" 23h-06h :

 

Suite à l'augmentation du trafic et des nuisance sonores (de jour comme de nuit) le Collectif Contre les Nuisances Aériennes de l'Aéroport de Toulouse-Blagnac a été créé. (CCNAT). Il réunissait de nombreuses associations et surtout les représentants des 2 associations de Lardenne, qui dénonçaient surtout la réglementation de la hauteur des vols au-dessus de ce quartier et pas le nombre de survols. Suite à leur pression et avec le soutien du CCNAT, ils ont obtenu la modification des trajectoires (atterrissage et décollage). Résultat, tous les terrains dans l'axe des pistes ont été ouverts à l'urbanisation. Ils n'y a jamais eu de campagne de mesures pour prouver que les nouvelles trajectoires étaient moins bruyantes que les anciennes.


Le CCNAT a toujours été très frileux vis-à-vis de l'aéroport et de façon générale de l'aéronautique (constructeur et compagnies) sous la pression des adhérents dont l'emploi est et était directement lié à ce secteur.

 

D'où ces mesures assez molles qui ont été prises de "couvre feu" mais avec possibilité de dérogation, ce qui explique le chiffre de 7373 vols.


Les compagnies qui volent dans ces créneaux horaires sont soumises à amende et payent une redevance. Cet argent sert à alimenter un fond qui devrait en théorie  améliorer les conditions de logement des riverains des aéroports. Actuellement il s'agit essentiellement des communes de Cornebarrieu et de St Martin du Touch, Blagnac n'est pas concernée car nous ne sommes pas dans l'axe des pistes. Les amendes ne sont pas très élevées. Le fond ne peut résoudre qu'une infime partie des problèmes de ces populations et il s''agit généralement de travaux lourds d'infrastructures : isolation phonique des maisons par exemple.

 

Nouvelles règlementations : volez, payez mais plus au Nord, svp


Le 4 novembre 2010, ces dérogations pour vol de nuit ont été normalisées et le couvre-feu a été levé ! Avec 19 voix pour, 11 contre et une abstention, la Commission Consultative de l'environnement, composée de professionnels de l'aéronautique, de collectivités locales et d'associations, réunie à la préfecture de Toulouse, a préféré opter pour de mesures restrictives qui prendront effet en octobre 2011 plutôt que pour le maintien du couvre-feu : le prétexte de l'emploi a encore été utilisé pour justifier cette décision... Seules des mesurettes ont été prises : les décollages et atterrissages, au lieu de survoler Toulouse, se feront tous vers le Nord.


Donc, les amendes vont disparaître pour certains vols bruyants (de minuit à 6h) alors que nous préconisons au contraire de les augmenter dans le cas des vols bruyants de nuit sur l'ensemble de la plage horaire 22h-06h afin de dissuader les compagnies aériennes d'y avoir recours.

 

Comme le dit, si bien le représentant de la Direction de l'Aviation Civile : « Ce qui importait, ce n'était pas tant de diminuer le nombre d'avions la nuit, mais de bien maîtriser les nuisances sonores », sans commentaires.

 

La position de Bernard Keller, Président de la Commission économique à la Communauté Urbaine (extrait de la voix du Midi, 4 novembre 2010) :

 

Quelle est votre position quant à l'éventuelle interdiction des vols de nuit sur l'aéroport de Blagnac ?

ll n'est pas raisonnable d'envisager le couvre-feu entre minuit et 6 h du matin par rapport aux conséquences que cela aurait. En effet, les quelques vols qui se déroulent à ces heures sont stratégiques. Un couvre-feu aurait par exemple de forte incidences sur la livraison du courrier et sur le transport du fret. Mais cela impacterait aussi fortement touts les vols retardés, qu'ils soient passagers et de fret. Au final, l'impact social serait énorme.

 

Pour l'ABAVE

 

La seule mesure efficace contre le bruit et la pollution serait d'interdire complètement les vols de nuit.

 

A défaut, en suivant le CCNAT, de limiter les avions selon leur bruit réel de certification (c'est le cas à Oslo, avions > 88 EPNdB interdits) et de demander au niveau international un abandon de cet indice de mesure du bruit (EPN dB) mis au point en 1959, révisé légèrement dans les années 70 et qui est complètement obsolète mais conservé par l'industrie aéronautique car bien avantageux. En effet, les avions actuels font plus de bruit dans les graves qu'il y a 40 ou 50 ans qui sont bien moins bien anéantis par les murs, toits et fenêtres. La mesure consistant à atterrir et décoller la nuit du même côté , c'est à dire vers le Nord est sans doute celle qui soulagera les toulousains et les riverains des communes de Ramonville, Castanet. Au nom du plus grand nombre épargné c'est incontestable, mais pas au nom de la défense des minorités. Le guidage par satellite aura pour conséquence d'assurer un parfait pilonnage sur les mêmes, afin d'éviter une quelconque dispersion et créer de nouveaux mécontents. Ceux qui souffrent déjà souffriront plus encore si le trafic repart à la hausse. La proposition d'atterrissage en descente continue qui est à l'expérimentation n'a fait l'objet d'aucun retour d'analyse, mais un pilote a affirmé que les remises de gaz seraient plus nombreuses, notamment pour les gros avions.

 

toulouse_blagnac2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by ABAVE - dans aéroport
commenter cet article

commentaires