Présentation

  • : ABAVE
  • : environnement écologie vélo modes doux blagnac aéroport
  • Contact

Texte Libre

L'escargot est un animal lent, qui persévère souvent et qui, de toute façon, laisse toujours une trace.

Recherche

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 08:58

La grande boucle est un des plus grands événements sportifs au monde. Et pourtant, si quelques actions sont menées, aucun bilan carbone n’est réalisé pour mesurer son impact global sur l’environnement. L'organisateur annonce sur son site prendre quelques mesures pour limiter l'impact environnemental mais cela semble quand même assez faible : limitation véhicules, ramassage des ordures et sensibilisation du public aux déchets.  Depuis dix ans, l’Agence pour le développement durable de Midi-Pyrénées (Arpe) supervise l’organisation de la propreté sur les sites de montagne en Midi-Pyrénées, une mission élargie depuis l’an dernier à l’ensemble des massifs et tente de mettre en place des actions de prévention et de nettoyage.

 

Chaque année pendant le Tour de France, plus de 15 millions de personnes se massent le long des routes pour voir passer, les coureurs évidemment, mais aussi pour découvrir la caravane publicitaire (16 millions d’objets publicitaires sont distribués chaque année) et tenter de récupérer une casquette, un porte-clefs ou tout autre objet promotionnel, qui seront finalement jetés.

Cela génère des tonnes de déchets accumulées le long des routes. Sous le soleil estival, le public consomme et ne prend que rarement la peine de chercher une poubelle pour stocker ses déchets, dont une quantité importante provient des cadeaux de la caravane publicitaire. Mais les coureurs sont eux aussi pointés du doigt. En effet, qui n’a jamais vu à la télévision un cycliste empoigner son bidon, le vider en quelques secondes, puis le balancer sur la route… Un exemple chiffré : 20 tonnes de déchets ont ainsi été ramassées en 2009 sur le seul Mont Ventoux, dont plus de 30 000 bouteilles en plastique et 20 000 canettes.

En plus, près de 2 200 véhicules dont 130 camions sont accrédités chaque année pour couvrir l’événement : véhicules des vingt-deux équipes, chars publicitaires, véhicules-médias, etc. Noria qui vient s’additionner aux milliers de véhicules de particuliers venant suivre les étapes depuis le bord des routes. Et tout ce petit monde, réparti sur le parcours, contribue fortement à l’impact carbone de la Grande Boucle, des spectateurs se déplaçant des quatre coins de la planète pour encourager les coureurs.

Cette année, à Blagnac, un avion Airbus A 380 a même été utilisé pour une parade accompagnée par la patrouille de France : quel impact environnemental de ce vol ? L'argument de promotion de l'aéronautique et de l'emploi local doit-il balayer toute prise en compte de la pollution de l'air ? 

DSC07016.JPG

Partager cet article

Repost 0

commentaires