Présentation

  • : ABAVE
  • : environnement écologie vélo modes doux blagnac aéroport
  • Contact

Texte Libre

L'escargot est un animal lent, qui persévère souvent et qui, de toute façon, laisse toujours une trace.

Recherche

14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 13:00

Vous êtes des écolos blagnacais, préoccupés d'environnement et de surconsommation et vous prenez le vélo, les transports en commun ou des véhicules électriques. Vous allez devenir écolo ou vous aimeriez l'être plus.

 

Vous prenez régulièrement les transports en commun de Tisseo, 


rejoignez notre Association Blagnac à Vivre Environnement.


l'AG 2013 a eu lieu le 21 octobre 2013 : 

 

Nous avons souligné  :

- la nécessité urgente d'un bus Tisseo reliant la Barrière de Paris au tram (station Airbus ou Ancely), 

- des aménagements cyclables cohérents et adaptés surtout le long du tram et autour de l'aéroport,

- la généralisation du tourne-à-droite en vélo dans blagnac, 

- des réductions de mouvement d'avions la nuit et en direction de Paris au profit de trains rapides moins polluants.  



Repost 0
Published by ABAVE - dans abave
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 17:56

courriel à la Mairie de Blagnac le 17 septembre 2013

 

bonjour,

je me permets de vous écrire pour signaler l'immense pagaille qui règne devant le gymnase Naudin
- côté gym, judo, tir à l'arc et boxe - due à l'absence de barrières devant la porte, et donc à la multiplication
des voitures juste devant l'entrée.
Nous prendrons prochainement des photos du lieu.
En plus il n'y a pas de garage vélo mais sur le côté, une espèce de rambarde inadéquate.
La situation me parait donc inappropriée pour un lieu fréquenté par des enfants et des familles.
Nous demandons donc la pose de barrières protégeant l'entrée sur une longueur de 20 à 50 mètres et l'installation d'un garage à vélo et 10 à 20 places.
Pour les voitures, le parking est suffisamment grand et a été récemment agrandi.

Merci aussi de vous appuyer sur nos suggestions pendant les travaux de la commission "modes doux" qui a déjà demandé que tous les lieux scolaires et de loisirs soient correctement sécurisés pour les piétons et vélos.

En vous assurant de notre participation à une meilleure qualité de vie à blagnac.

merci d'accusé réception de ce mail.

cordialement,

la présidente ABAVE.

Repost 0
Published by ABAVE - dans vélo
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 19:29

L'ABAVE a envoyé des membres observer les pratiques cyclistes en Belgique : quelle leçon ! L'usage du vélo est à l'inverse de chez nous : tous les jours et tout le monde se déplace en vélo et une fois par an, quand ils partent en vacances, ils sortent leur voiture ! Chez nous, on sort le vélo une fois par an : dans les campings. Quel dommage...

Alors évidemment, tout est aménagé et surtout les abords des canaux, rivières, villes, commerces etc. Bien sûr, la Flandre, c'est plat mais le relief à Blagnac et Toulouse n'est pas non plus très accidenté, non ?

Franchement,  on a de quoi apprendre ! Alors, achetez un billet de train et allez voir, c'est super agréable, surtout l'été. 

On dirait le canal du midi ! C'est à Bruges.  

 

DSC09258.JPG

Repost 0
Published by ABAVE - dans vélo
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 20:57

L’ORAMIP est une association agréée par le ministère du développement durable pour la surveillance de la qualité de l’air sur l’ensemble de la région Midi-Pyrénées.

 

Dépassements de seuil ayant entraîné le déclenchement d'une procédure d'information et de recommandation à la population ou d'une procédure d'alerte depuis 1998 en Midi-Pyrénées :  

 

Zone Date Polluant Procédure Constat/prévision Détails
Toulouse
agglomération
23/07/2013 ozone information constat Voir le communiqué
Toulouse
agglomération
13/07/2013 ozone information prévision Voir le communiqué
Toulouse
agglomération
12/07/2013 ozone information constat Voir le communiqué

http://www.oramip.org/oramip/historique

 

Les dates précédentes sont celles des départs en vacances et donc, au fort trafic routier couplées à des conditions météorologiques particulières.

 Et donc Météo + déplacements routiers = production d'ozone.  

 

Pollution estivale

Il s’agit d’une pollution photochimique caractérisée par une hausse des teneurs en ozone. La chaleur et l'ensoleillement participent à la formation de l'ozone troposphérique. Ce polluant secondaire résulte de l'action du soleil sur des polluants primaires (oxydes d'azote NOx, composés organiques volatils COV, monoxyde de carbone CO) provenant surtout des gaz d'échappement, des solvants et des industries.

Repost 0
Published by ABAVE - dans santé publique
commenter cet article
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 20:50
Conscience que cet accident a concerné toute l'agglomération toulousaine, que les accidents industriels font courir un grave danger à la population et que la mémoire doit rester en éveil, l'ABAVE verse 100 euros, et vous ?
---------------------------------------

France : près de quatorze ans après la catastrophe d’AZF, des questions en suspens.

---------------------------------------------------------
Le dernier message de l'Association plus Jamais Ca ni ailleurs
Chers adhérents, chers donateurs, chers amis,
Nous revenons vers vous en ce milieu d’année 2013, car l’actualité judiciaire s’est quelque peu accélérée lors de ce premier semestre, et nous nous trouvons aujourd’hui en difficulté.
Deux actions sont d’ores et déjà en cours, une action reste à accomplir.
Pour les actions en cours :
La cours d’appel du tribunal d’instance a condamné M. Biechlin et la société Grande Paroisse au mois de septembre 2011. En revanche, cette même cours d’appel a rejeté la citation directe à l’encontre de TOTAL et M. Desmaret, déposée par quatre membres de notre association. Nous avons mandaté un avocat près la Cour de Cassation pour poursuivre cette action. Notre avocat précédent, Me Cohen, ayant accepté de reverser les frais irrépétibles qui lui ont été attribués par le Tribunal en vue de payer ce nouvel avocat, nous n’avons pas de frais pour cette procédure (merci à Me Cohen). Pour information, le mémoire a été déposé auprès de la cours de cassation le 3 juillet.
La Cour Administrative d’Appel de Bordeaux a, quant à elle, condamné l’Etat pour défaut de contrôle de l’usine (entre autre) au mois de janvier 2013. En toute dernière minute, le Ministère de l’Environnement a formé un pourvoi auprès du Conseil d’Etat. Nous n’avons pas hésité à faire appel à un nouvel avocat (agréé pour les actions en cassation) pour poursuivre cette procédure. Le devis présenté s’élève à 4 800 euros. Or, notre solde en banque n’est que de 2000 euros. Il manque donc 2 800 euros pour nous acquitter du solde.
Pour l’action à venir : il s’agit d’attaquer directement la loi Bachelot, via le dépôt d’une QPC, Question préalable de Constitutionnalité, dans le cadre d’une action en justice contre le Plan de Protection des Risques Technologiques qui a été approuvé à Narbonne (usine de Comburhex – traitement de l’uranium).  Cette action est une action collective menée avec l’ensemble des associations membres de la Coordination Nationale des associations riveraines des sites Seveso. Elle nous semble essentielle au vu du combat mené depuis la publication de la loi « Bachelot » en juillet 2003 ; une loi à la mesure des besoins des industriels, destinée à reporter sur les riverains tous les frais de mise en sécurité et toute la responsabilité de la défaillance de ces pseudo mesures de protection en cas d’accident. Il n’est pas envisageable d’y renoncer.
Le montant estimé pour cette action est de 4000 euros, à répartir entre une dizaine d’associations. Soit 400 euros maximum pour chacun.
 Au final, c’est donc 3200 euros que nous recherchons immédiatement. 4500 euros nous permettraient d’être un peu plus à l’aise pour terminer l’année.
Au regard des effectifs de l’ensemble des sympathisants, il suffirait que chacun d’entre vous verse 10 euros à l’association pour que les comptes soient de nouveau à l’équilibre (et oui, vous êtes quand même nombreux !) et que nous puissions poursuivre le travail engagé depuis 11 ans !
Alors, ne manquez pas ce rendez-vous.

Adressez-nous un chèque de 10 euros, libellé à l’ordre de  PLUS JAMAIS CA - ACTIONS JURIDIQUES et envoyé à notre siège social : 4 avenue Henri Barbusse – 31300 TOULOUSE.
Nous vous tiendrons bien évidemment informés de l’évolution de toutes ces actions.
 
Par avance, un grand merci de la part de toute l’équipe PJC !
A très bientôt,
PLUS JAMAIS ÇA, ni ici ni ailleurs…..

Repost 0
Published by ABAVE - dans santé publique
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 19:40

Selon la dépêche, le Syndicat Mixte des Transports en Commun lance les études préliminaires du tram Canal qui pourrait relier, à l'horizon 2019, la gare à l'aéroport et dessiner une boucle autour du centre ville avec franchissement de la Garonne.

Le tracé du projet Canal permettra de relier, en longeant le canal du Midi (d'où son nom), le futur terminus de la ligne Garonne (Palais de Justice, mise en service 20 décembre 2013) à la gare Matabiau en passant par le Grand-Rond (connexion avec future liaison Saint-Orens), puis de poursuivre jusqu'à Casselardit (connexion ligne de tram T1 et CH Purpan vers l'aéroport par la future ligne Envol-fin 2014), après passage à la station de métro Canal du Midi (connexion ligne B), Ponts-Jumeaux et franchissement de la Garonne. Plusieurs variantes existent pour le passage de la Garonne : par doublement de l'actuel pont du périphérique ou création d'un pont en prolongement du boulevard Jean-Brunhes.

Il y aura cependant un changement à Casselardit. 

Ce projet est intéressant mais ne fait-il pas partie des promesses électorales d'avant campagne municipale ? Est-il vraiment au point ? 

Alors que cela fait plus de 10 ans, à l'ABAVE que l'on dit qu'il faut et vite une liaison Ponts Jumeaux (ligne B) à Blagnac par le vieux pont. Une liaison ligne E et ligne B serait très intéressante et utile

Les pouvoirs publics mettront donc près de 20 ans à nous entendre ! et pendant ce temps, 20 fois 12000 habitants seront venus s'installer dans la métropole, autant dire qu'il sera trop tard et que le flux des voitures continuera à embouteiller notre ville !

D'ici 2019, peut-on espérer un bus entre Blagnac et la barrière de Paris ? est-ce trop demander ? trop cher ? 

 


Repost 0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 20:02

source : la dépêche

 

Habituée de la promenade sur la digue des Sept-Deniers, une piétonne dénonce la vitesse excessive de certains cyclistes et s'inquiète du projet d'autoroute à vélos.

«Ces messieurs, la tête dans le guidon, les yeux rivés au loin, avancent à une vitesse incroyable, ignorant tout le monde : piétons, chiens, enfants, «vélos plaisir»… Il n'y a qu'eux et leur performance qui comptent. Ils foncent, pestant contre ceux qui les retardent.» Habitante du quartier toulousain des Sept-Deniers où elle est née, Simone, 73 ans, est une habituée de la promenade sur la digue qui, de Blagnac au pont des Catalans, longe la Garonne. Elle se décrit comme «une piétonne qui fait sa marche tous les matins et pense la faire encore longtemps.» Mais aujourd'hui, elle se révolte contre les cyclistes «émules d'Amstrong» et se veut la porte-parole de tous ceux qui, comme elle, subissent leur vitesse excessive, leurs récriminations et parfois leurs injures. «L'autre jour, ils ont insulté un handicapé. Je suis un peu ahurie. C'est inadmissible ! On est là pour se détendre. Ils peuvent nous respecter. Même entre cyclistes, on sent une animosité», souligne-t-elle.

Trois cents vélos par heure

Ces comportements, Simone les dénonce dans une lettre qu'elle a adressée au président de l'association Vélo et à la mairie. La question n'est pas anecdotique : dans la Ville rose, l'utilisation de la bicyclette connaît un boom. Certains axes, qui permettent d'accéder au centre, sont particulièrement fréquentés. Sur la digue, les bénévoles de l'association Vélo ont recensé 300 cyclistes pour une seule petite heure en début de matinée, au moment où les gens se rendent au travail. C'est sur ce même créneau horaire que Simone croise les fous du guidon. Ce que décrit la retraitée est tout aussi vrai sur les bords du canal. Et au cœur de Toulouse, rue Alsace-Lorraine, la cohabitation est également problématique. Alors, quand elle voit arriver le projet d'autoroute à vélos, défendu par l'association des cyclistes et étudié par la municipalité, Simone s'inquiète…

«Les cyclistes veulent bien que les voitures partagent l'espace avec eux mais, eux, ne songent pas le partager», juge-t-elle. «Ils demandent de plus en plus de droits et veulent même s'affranchir du code. Au nom de quoi ?» interroge-t-elle. Et comme elle ne manque pas d'humour, la piétonne conseille aux pressés de ralentir «pour admirer le paysage» et arriver au boulot «apaisés, détendus et performants. Sans passer par la machine à café pour se donner du tonus !»


«Le but n'est pas de faire de la vitesse»

Réseau express vélo ou autoroutes à vélo : «les mots font peur mais le but n'est pas de faire de la vitesse. Il s'agit d'aménager des voies pour fluidifier la circulation. Sur ce type de réseau, tel qu'il existe dans d'autres villes, la vitesse moyenne est de 20 km/h», avance Sébastien Bosvieux, le président de la très active association Vélo qui regroupe 900 adhérents. Le représentant des cyclistes ne se voit donc pas en coureur du Tour de France, dit-il clairement, et il reconnaît que «certains se comportent comme des automobilistes». «Le premier message est le respect et le partage de l'espace public», assure Sébastien Bosvieux, respect «du plus faible», c'est-à-dire «du piéton». Ceci étant dit, ce mot d'ordre ne l'empêche pas d'émettre des exigences vis-à-vis du piéton «qui doit marcher à droite». «La discipline doit être des deux côtés», demande-t-il. Pour lui, vu le nombre de cyclistes qui empruntent les digues de la Garonne (300 en une heure d'après le pointage des bénévoles), «c'est déjà de fait une autoroute».

6 km/h maxi rue Alsace

Le président de l'association reconnaît qu'il existe différents usagers et donc «forcément des conflits». Pour y remédier, il voit deux possibilités : la prévention, pour laquelle il plaide, ou «la séparation des flux», sur laquelle il est plus réservé. «Créer une piste cyclable, c'est compliqué et pas forcément souhaitable. Il faut que les gens apprennent à cohabiter.» Et à ce titre, il estime qu'à Toulouse, «on a beaucoup de retard». Le 22 mai, des bénévoles de Vélo, avec l'aide de la police municipale, mèneront une action de prévention rue Alsace-Lorraine où la cohabitation est aussi difficile. Dans cette artère du centre ville, la priorité est au piéton. Le cycliste doit ralentir et mettre pied à terre si nécessaire. Sa vitesse est limitée à 6 km/h..

surladigue.jpg

Repost 0
Published by ABAVE - dans vélo
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 18:56

source : http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/03/1597183-mais-qui-veut-tuer-les-platanes.html

Publié le 03/04/2013 à 08:24, par Cyril Doumergue


Chaque année, plusieurs dizaines d'arbres sont «assassinés» par des riverains à Toulouse. La ville est obligée de les couper, et de les replanter. Les coupables restent impunis.

Le chantier ne passe pas inaperçu, dans le quartier des Sept Deniers. L'entreprise Naudin abat, depuis la semaine dernière, huit platanes de la route de Blagnac. Des arbres vieux de plusieurs dizaines d'années, mais qui sont malades. Pour trois d'entre eux, la cause est même criminelle.

Le diagnostic placardé par la mairie sur chaque arbre, par souci de transparence, est sans équivoque : «L'arbre présente un dépérissement étendu. La présence de déformations foliaires et de touffes de rejets avec une croissance normale indique très vraisemblablement une intoxication à l'aide d'un herbicide de type glyphosate. Compte tenu du caractère urbain de la plantation, un vandalisme de la part d'un des riverains est très probablement à l'origine de cette situation.»

Michèle Bleuse, conseillère municipale déléguée aux espaces verts, confirme que ces cas de vandalisme ne sont pas isolés. «Cela reste assez rare, mais nous avons des cas de vandalisme. Pourquoi ? Vous seriez étonné de voir combien de lettres je reçois de gens qui veulent qu'on coupe un arbre. Parce qu'il les gêne, parce qu'il leur fait de l'ombre, fait soi-disant baisser la valeur de leur maison, qu'il y a trop de feuilles en automne. Heureusement, une grande majorité de Toulousains approuve notre politique de plantation d'arbres.»

La ville de Toulouse compte 140 000 arbres sur son territoire. Chaque année, la ville est obligée d'en couper environ 600. «Mais on les replante au même endroit, assure Michèle Bleuse. Nous essayons de varier les essences, mais nous ne replantons que des feuillus, pas de résineux (sapins, etc.), à cause des dégâts de la chenille processionnaire.»

Le service des espaces verts de la mairie de Toulouse inspecte soigneusement chaque arbre au moins une fois par an. Si un doute existe sur la santé de l'un d'eux, elle fait effectuer une expertise par une entreprise extérieure. «S'il est malade, elle nous indique dans quel délai nous devons l'abattre.»

Cette semaine, 25 arbres doivent être abattus à Toulouse. Mais aussitôt replantés.


Le chiffre : 600

arbres coupés par an > à Toulouse. La ville de Toulouse coupe 600 arbres par an, pour cause de maladie ou de vandalisme. Les arbres sont aussitôt replantés.

«Des gens qui font mourir des arbres, ça existe. Parce qu'ils les gênent, leur font de l'ombre, font baisser le prix de leur maison.»

Michèle Bleuse, conseillère municipale déléguée aux espaces verts et à la biodiversité

Repost 0
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 11:13

La communauté urbaine de Toulouse propose actuellement un projet de 4ème Modification du Plan Local d'Urbanisme, concernant la commune de Blagnac : Cette procédure porte sur une liste de points regroupés en deux principaux volets : Le document est téléchargeable directement sur ce lien

 

Une première lecture de notre part : 

dossier de PLU (notice):
-  le 1er paragraphe de la notice : opération de renouvellement urbain entre rue Pasteur et rue des buches pour densification de la population (objectif principal du SCOT) cela veut dire vente ou expropriation des habitants de cette zone, s'il y a des habitations un peu historiques sur le plan architectural, elles seront détruites (p21 de la notice  levée de protection patrimoniale sur certains immeubles ; emplacement réservé rue des buches pour l'élargir donc destruction d'habitations lesquelles ? y-a-t-il dessous une société chargée de cette opération de renouvellement urbain ? le quota de logements sociaux sera-t-l préservé ?
- concernant le centre ville : implantation d'un "batiment d'appel" place des Arts p 24 : qu'est-ce que cela veut dire ? la zone UAd va correspondre à la mairie et services publics : qu'est-il prévu de construire comme services publics ? est-ce bien adapté une telle taille et une telle concentration ?
p 33 : mention de "résidences senior" dans le règlement de la zone d'Andromède ; de quelles résidences s'agit-il ? est-ce que quand vous serez vieux vous aimeriez habiter à Andromède ?
p 35  : faut-il se rouler de rire par terre quand on parle de commerce de proximité pour Andromède, à moins que Leclerc soit un commerce de proximité ?

le Plan : 

 le volet A : consiste à accompagner, par une adaptation des règles en vigueur, la mise en œuvre opérationnelle de projets urbains prévus par la collectivité sur le long terme,

  • Objet 1 : Encadrer le renouvellement urbain du centre-ville et conforter son rayonnement

  • Elaborer une orientation d’aménagement portant sur le renouvellement urbain de l’îlot compris entre les rues de Buches et Pasteur

  • Renforcer et restructurer le pôle d’équipements publics autour de l’Hôtel de ville

  • Objet 2 : Adapter le PLU aux évolutions de la ZAC Andromède

  • Objet 3 : Le centre technique municipal (CTM)

  • Objet 4: Favoriser une recomposition urbaine autour de la future ligne de tramway « Envol »

  • Objet 5 : Ajuster les Orientations d’Aménagement (modifications mineures autour de la route de Grenade)

  • Objet 6 : Modifier les seuils de stationnement des zones 2UEa et UFa

 

 le volet B : porte sur des adaptations mineures du règlement écrit et graphique dans le but de clarifier l’instruction des autorisations d’urbanisme, modifier certains

emplacements réservés, mettre à jour les annexes, etc.

 

ENQUETE PUBLIQUE

Madame Isabelle ZUILI a été désignée Commissaire Enquêteur pour conduire l’enquête publique relative à la modification du PLU. Le public aura la possibilité de rencontrer Madame le Commissaire Enquêteur lors des permanences à la Mairie de Blagnac, au Service Urbanisme, place Jean-Louis Puig/passage Charles Toulouse à Blagnac : 

• Jeudi 7 mars 2013 de 9h à 13h 

• Mercredi 13 mars 2013 de 15h à 19h 

• Mardi 26 mars 2013 de 10h à 14h 

• Jeudi 4 avril 2013 de 14h à 18h

 

Cette enquête se déroule du 4 mars 2013 au 4 avril 2013 inclus.

 

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 21:09

L'ABAVE soutient financièrement cet évènement national :

• Pourquoi une grande chaîne humaine pour l'arrêt du nucléaire le 9 mars 2013 à Paris :
http://chainehumaine.org/Pourquoi-cette-chaine

• De nombreux départs sont organisés de toute la France :
http://chainehumaine.org/Departs-groupes

• Voir le trajet de cette chaîne humaine qui traversera tout Paris d'ouest en est :
http://chainehumaine.org/Trajet-de-la-chaine

• Inscrivez-vous à la chaîne humaine :
http://chainehumaine.org/Inscription

• Un programme exceptionnel avec le soir, un concert gratuit, du théâtre... :
http://chainehumaine.org/Programme

• De nombreux artistes et personnalités soutiennent cet évènement :
http://chainehumaine.org/Personnalites-et-artistes

• Une France sans nucléaire, ça marche ! (découvrez les solutions et signez l'appel) :
http://chainehumaine.org/Je-signe

--

Philippe Brousse
Coordinateur général
Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 940 associations

Agréée pour la protection de l'environnement
9 rue Dumenge
69317 Lyon Cedex 04
Mail : philippe.brousse@sortirdunucleaire.fr
Web : http://www.sortirdunucleaire.org
Fixe : 04 78 28 29 22
Portable : 06 69 21 87 23

 

Repost 0
Published by ABAVE - dans santé publique
commenter cet article