Présentation

  • : ABAVE
  • : environnement écologie vélo modes doux blagnac aéroport
  • Contact

Texte Libre

L'escargot est un animal lent, qui persévère souvent et qui, de toute façon, laisse toujours une trace.

Recherche

22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 13:24

Vendredi dernier (20 juin) la dépêche titrait : "Rocade : vous voyez rouge !"

 

et d'expliquer : "année après année, Toulouse truste les dix premières places des villes françaises les plus embouteillées : la circulation sur le périphérique a progressé de 38% en 15 ans".

 

Les solutions envisagées sont, soit timides, soit mauvaises : adapter les horaires des entreprises (la nuit ?), élargir la rocade (comme à Los Angelès ?), autoriser les bus et taxis à rouler sur la bande d'arrêt d'urgence (bref, l'élargir, non ?), renforcer le maillage des transports en commun (mais annuler le bus de barrière de Paris à Blagnac !!) ou attendre la 3ème ligne de métro dans 9 ans....

 

Et pourquoi pas le co-voiturage ? imaginons que le nombre de voitures soit divisé par 2 tous les jours avec un minimum de 2 personnes par véhicule ? Imaginons que les entreprises subventionnent les co-voitureurs et même pire, interdisent l'accès à leurs parkings aux véhicules mono-passagers ?

 

Mais comment se coordonner avec d'autres quand on doit aussi poser les enfants à l'école, à la crèche en voiture (et le vélo ? le bus ? à pied ?) ? passer chez le dentiste, le kiné ? Ou comment aller à l'aéroport rapidement de tout point de l'agglomération ?

 

Pourtant, actuellement, internet et le téléphone portable permettent des coordinations rapides et faciles. Et ça marche à l'échelon national, dans les connections Toulouse-autres villes de la région et à Paris. 


Sur Blagnac, essayons :
http://www.coovia.fr/Site2.0/ : Partagez vos sièges vides pour aller travailler !

covoiturage.tisseo.fr : Vous souhaitez covoiturer dans la métropole toulousaine pour vos déplacements domicile / travail / études.

  covoiturage-copie-1.jpg

Repost 0
Published by ABAVE - dans routes et autos
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 15:34

 

 La France dans le top 5 des pays européens les plus embouteillés.

TOULOUSE a l'aéroport le plus nuisible de France, l'un des taux d'embouteillages automobiles les plus élevés, l'efficacité du réseau de transport la plus faible et le nombre d'espaces verts des plus bas (TOP 10 des villes les plus vertes de France) : est-ce lié ? 

 

Mercredi 26 février 2014 – 20h30 

       Réunion publique gratuite et ouverte à tous 

Amis de la Terre Midi-Pyrénées 

 

Les transports dans l’agglomération toulousaine

 

- Problèmes et solutions 

- Présentation du problème de la pollution de l’air (Rose Frayssinet) 

- Etat des lieux de la place de la voiture à Toulouse et comparaison avec d’autres métropoles (Thomas Berthet) 

- Analyse des causes du problème (François Saint-Pierre) 

- Réflexions sur les solutions (Thomas Berthet et François Saint-Pierre) 

 

      salle Castelbou CARTE

      22 rue Léonce Castelbou, 31000 Toulouse (métro B - Compans-Caffareli) 

 

abave.jpg

voir l'article du Monde, cliquez là

Repost 0
Published by ABAVE - dans routes et autos
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 21:26

Quelques photos et videos de "gags" contre l'environnement: on rit ! oui, mais on rit vert ! 

Le début de l'histoire matinale : 

étape 1 : franchir le pont 

DSC04939

étape 2 : rentrer à l'usine          étape 3 : prendre le vélo

photo--4-.JPGDSC09882.JPG 

 

 

 

AU FAIT : BONNE ANNEE 2014

Repost 0
Published by ABAVE - dans routes et autos
commenter cet article
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 20:24

Blagnac le 13 octobre 2008

l'ABAVE

 

M. Bernard Keller

Maire de Blagnac

M. C Bergon et M. J. Carles

Maires Adjoints
Délégués au

Conseil de Communauté du Grand Toulouse
Mairie de Blagnac

 

 

Monsieur, le Maire,

Messieurs les Adjoints,

 

 

Nous tenons à vous faire part de notre ferme opposition au projet d’échangeur autoroutier sur le périphérique est (la « jonction Est ») sur lequel la Communauté d'Agglomération du Grand Toulouse (CAGT)se prononcera lors du  Conseil du jeudi 16 octobre 2008.

Les raisons de notre opposition sont tout d’abord d’ordre budgétaire. A cause du remboursement des infrastructures de la ligne B, la CAGT est déjà lourdement engagée auprès du SMTC. Pourtant, si l’agglomération veut rattraper son retard en termes d'infrastructures de transports en commun, il lui faudra investir encore plus –sachant que, par ailleurs, l'Etat nous sollicite pour payer les infrastructures de la ligne à grande Vitesse (LGV).

Qui plus est, le projet de jonction Est s'inscrit dans le cadre d'une gestion dépassée des flux entre la ville et la périphérie. En effet, près de 80% des déplacements mécaniques effectués dans la CAGT se font en voiture, à l'heure où le réchauffement climatique est une priorité mondiale et les hydrocarbures pèsent de plus en plus dans les budgets des ménages. La politique du « moitié voiture moitié bus » n'est donc plus d'actualité.

Ensuite, les assises de la mobilité ont bien montré que les citoyens sont prêts à laisser leur voiture au garage si la CAGT met en place des réseaux intercommunaux qui relieraient efficacement périphérie et centre. Mais comment la CAGT pourrait-elle y parvenir quand on sait qu'avec les 54 millions d'euros minimum qui seraient engagés pour la construction de cet échangeur de 600 mètres, ce sont près de 8 km de transports en commun en site propre (TCSP) qui seraient sacrifiés ! Vouloir donner encore plus de place à la voiture n'est pas seulement nuisible à la santé de nos concitoyens et à l'environnement ; cette politique empêche également que se développent les autres modes de déplacements.


À ce titre, il est déplacé de prétendre que l’investissement pour la Jonction Est au profit de l’usage de la voiture est en cohérence avec la création du transport en commun de la Liaison Multimodale Sud Est (TCSP). Le signal politique qui serait donné par un feu vert à l’échangeur autoroutier de la jonction Est irait à contre-sens du signal qui se voulait fort d’une nouvelle politique d’investissement pour les transports en commun hors du centre ville. !

Nous tenons enfin à vous rappeler que la CAGT a adopté sa Charte de l'Environnement en 2004. La Jonction Est contreviendrait à ses objectifs en matière de qualité de l'air, de lutte contre les nuisances sonores, de soutien aux modes de déplacements alternatifs à la voiture et de préservation des paysages. La vallée de la Saune est en effet une des dernières vallées non urbanisées qui donne accès à l’agglomération toulousaine. L'adoption du projet serait une régression de l’aménagement urbain.

Pour toutes ces raisons, nous vous encourageons instamment, à bien vouloir émettre un avis défavorable au projet de délibération n° 10.15-VOI du 16 octobre « Jonction Est : Avis du Grand Toulouse sur la poursuite de l'opération ». nous serions ravis de pouvoir ainsi prendre acte de votre volontarisme sur les questions environnementales et de vous compter parmi les acteurs de la politique des transports ambitieuse dont la Communauté Urbaine a besoin.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Maire, et Messieurs les Adjoints, l'expression de nos salutations distinguées.

 

                                                                                                          Pour l’association

                                                                                     

Repost 0
Published by ABAVE - dans routes et autos
commenter cet article
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 19:42

Les pouvoirs publics lancent une large concertation pour faire comme à Paris un grand contournement autour de Toulouse (2eme périphérique)
 

NON au tout voiture !


Communiqué de presse   : Grand Contournement Autoroutier dans la campagne toulousaine : la poursuite de la fuite en avant .

de la part des Amis de la Terre de Midi Pyrénées et l’ABAVE

 

 Le 7 septembre 2007

 

Les chiffres sont formels nous expliquent les « experts » : la rocade toulousaine est saturée !

Pour la désengorger, vite construisons une seconde autoroute qui détournera une partie du trafic et soulagera  cette rocade. Sous ces propos qui sonnent comme des fausses vérités se cache une autre réalité.

Certes la rocade toulousaine est saturée autour des  heures de pointes, soit environ 4h  par jour. Il faut dire  qu'elle absorbe autour de 237.000 véhicules par jour.

A quoi va servir le grand contournement ? A délester la rocade d’environ 10% de son trafic soit  à peine  25.000 véhicules !

L’enjeu en vaut-il la chandelle ? les Amis de la Terre répondent NON  et doublement NON lorsque le  Président de la Commission du Débat Public Monsieur Bernet nous apprend que cette liaison sera  autoroutière et à péage.

 Pourquoi nous ne voulons pas de cette nouvelle autoroute à péage ?

- parce qu’elle va  massacrer le grenier à blé du Lauragais, ses coteaux et ses vallons, les vignes du  Frontonnais et du Gaillacois, ainsi que les vergers de la vallée de la Garonne.

-  parce qu’elle va éventrer la forêt de Bouconne ou celle de Buzet et des secteurs de grand intérêt botanique  qui abritent de nombreuses espèces végétales protégées en voies d’extinction très rares ou rares

-  parce qu’elle va transférer une partie des nuisances liées à la rocade actuelle sur les populations rurales

-  parce qu’elle va contribuer à l’étalement urbain de l’agglomération et au mitage des campagnes.

 Mais surtout parce que cette nouvelle liaison autoroutière payante ne réglera aucun des problèmes de la  rocade toulousaine.

 Comment peut-on nous expliquer que de passer temporairement de 237.000 à 210.000 véhicules  par jour va contribuer à améliorer la situation des automobilistes ?

 Ou que les riverains seront moins affectés par les nuisances comme par exemple, le bruit, les différentes  pollutions (de l’air, de l’eau) ou par les effets négatifs sur la santé ?

Alors que faire ?

 Depuis de nombreuses années les Amis de la Terre, au sein du  collectif PDU, travaillent sur un Plan de  Déplacement Urbain alternatif qui propose des solutions  concrètes aux déplacements « voiture » qui  asphyxient notre communauté d’agglomération.

Il faut traiter le problème à sa source : réduire les déplacements routiers au lieu d’accepter leur prééminence  comme une réalité incontournable dans l’avenir.

Les solutions existent : il faut investir massivement dans des solutions alternatives comme le ferroutage, le train  et le tramway , (voire le train-tram très efficace en Allemagne par exemple). Il faut rendre attractifs et  performants les transports en commun et aménager la ville et l'agglomération toulousaine, en favorisant les  modes de déplacements doux .

Nous souhaitons que soit étudiée une quatrième solution alternative qui permettra de désengorger la rocade  toulousaine sans ce projet autoroutier  et ses nuisances annoncées.

 Il est urgent de stopper la spirale infernale de cette logique d’aménagement : 

 Cette nouvelle voie  autoroutière  contribuera : 

 - au bitumage et au bétonnage de notre environnement,

 - à la pollution de l’air et va aggraver les problèmes de santé publique

 - aux émissions des gaz à effet de serre responsables du dérèglement climatique et des conséquences  catastrophiques  et irréversibles qui se profilent à  un  court terme…

 … au large détriment  de la qualité de vie en Midi-Pyrénées




 

Repost 0
Published by ABAVE - dans routes et autos
commenter cet article